Votre enfant commence depuis quelques temps à ramener des mauvaises notes ?

Il rencontre de plus en plus de difficultés et vous vous demander ce que vous pouvez faire?

Je ne cesse de dire sur ce blog, que vous les parents, pouvez intervenir pour modifier son comportement.

- Et que oui, c’est possible d’en faire un élève autonome et motivé !

- Et oui, même votre enfant :) !

Celui là sur lequel vous passez beaucoup de temps à crier dessus et à lui expliquer qu’il devrait mieux travailler à l’école.

Mais attention, désolée, je n’ai pas le choix, je dois vous avertir.

La méthode que je vous propose ne peut être utilisée par tout le monde : Seule une poignée d’entre vous, pourra vraiment l’utiliser et la mettre en place.

Pourquoi ?

Parce que cette méthode réclame avant tout beaucoup  :

Et aussi, d’être capable de comprendre les leçons de votre enfant, ses exercices. De ce coté là, je pense que si vous-même avez le bac, il n’y aura aucune difficulté pour suivre votre enfant de la primaire, jusqu’au collège. Les matières enseignées n’ont pas tant changées que cela depuis. Mais il est impératif, que vous soyez capable de faire tous les devoirs de l’enfant vous-même d’abord.

Aussi, si vous cherchez ici, une méthode rapide, qui d’un coup de baguette magique réglera toutes les difficultés de votre enfant, c’est raté . Ce n’est pas ici que vous trouverez cela…

Vous pensez sans doute qu’un professeur particulier fera plus de miracles ?

Allez-y, essayez…

Mais gardez tout de même ce blog dans vos favoris… Je parie que vous reviendrez voir comment je vous propose d’aider, vous-même, votre enfant !

Gardez-moi comme deuxième choix, cela me va très bien :)

Voici en 10 points, ce que vous devez faire si votre enfant rencontre des difficultés à l’école :

  1. Décidez de lui accorder tout le temps qui lui sera nécessaire

Je viens d’en parler, précédemment. Je le redis encore.

C’est un vrai engagement que vous devrez prendre. Celui de lui accorder tout le temps dont votre enfant aura besoin.

- Prévoyez environ une heure tous les soirs et trois à quatre heures les week-end.

- Ne cherchez pas d’excuses. Si vous le voulez, vous pouvez trouver ce temps… Et puis laissez donc tomber cette satanée télé abrutissante, vous allez en trouver du temps libre alors. :)

  1. Expliquez-lui que vous avez décidé de l’aider, vraiment.

- Prenez un petit moment pour lui expliquer que ce n’est plus possible de laisser perdurer ses difficultés plus longtemps.

- Expliquez-lui que c’est vous-même, dorénavant, qui allez l’aider, quotidiennement, jusqu’à ce qu’il devienne un bon élève.

- Expliquez-lui que vous allez lui consacrer beaucoup de votre temps. Qu’il n’a pas le choix, qu’il ne pourra s’y soustraire, et qu’il devra impérativement faire tout ce que vous lui demanderez.

  1. Commencer par examiner son agenda, son cahier de texte

- Commencer par regarder comment est tenu cet agenda ou cahier de texte.

- Les devoirs à faire sont-ils correctement notés ?

Si ce n’est pas le cas, vous devez exiger que cela ne se représente plus.

- Expliquez-lui que vous allez maintenant contrôler cet agenda tous les jours et que vous ne tolérerez plus un agenda illisible ou incompréhensible. Pour les plus petits, il est peut-être nécessaire de lui demander, tout simplement, de juste s’appliquer pour écrire mieux. 

  1. Quel travail doit t-il à faire pour le lendemain ?

- Regardez avec lui tout le travail qui est attendu pour le lendemain et ce , dans chacune des matières. :)

- Demandez-lui par quoi a-t-il l’intention de commencer et combien de temps cela lui prendra t-il ?

Il est très important que votre enfant apprenne, petit à petit, à estimer la durée de son travail à faire à la maison. Cela lui permettra, plus tard, d’être capable de gérer lui-même son emploi du temps.

Un enfant parfaitement autonome est capable d’anticiper sa charge de travail à l’avance et de prendre des décisions en conséquences :  Prendre de l’avance sur ces devoirs car il sait qu’il ne par exemple, que le lendemain il aura son entrainement de sport et ne pourra consacrer qu’une petite partie de sa soirée à son travail scolaire.

5.  Laissez-le travailler, seul 

Vous avez décidé qu’il allait commencer par ses exos de math. Il vous a dit qu’il en a pour 15 minutes et vous avez jugé que c’était une bonne estimation. Alors laissez-le travailler, SEUL !

J’insiste … En aucun cas, vous ne devez l’aider à faire ses devoirs ou pire les faire à sa place.

En aucun cas, cela n’aide l’enfant. Il faut d’abord, qu’il y consacre tout le temps nécessaire, en réflexion, recherche, et concentration.

  1. Contrôlez ce qu’il vient de faire

Dès que le temps que vous aviez décidé est écoulé, retournez auprès de votre enfant, à son bureau, et demandez-lui s’il a terminé.

Il est possible qu’il lui manque un peu de temps. Au début, il n’est pas très facile pour l’enfant d’estimer sa charge de travail.

Regardez donc où il en est et, si besoin, accordez-lui quelques minutes supplémentaires.

En revanche, s’il n’a rien fait, ce n’est pas normal !

Il y a alors deux bonnes raisons et nous reviendrons dessus juste après ! Reportez vous alors au point numéro 10.

 

Lorsqu’il a terminé ses exercices :

- Vérifiez ce qu’il vient de faire.

- Vous devez faire vous même l’exercice, pour vous assurez qu’il a trouvé le bon résultat.

S’il s’est trompé, dites-le lui, sans lui donner le résultat attendu.

Sans plus d’explication, laissez-le chercher SEUL, la solution.

Revenez quelques minutes plus tard pour voir s’il a progressé, s’il a pu se corriger. Si c’est le cas, c’est super, félicitez-le ! Et rappelez-lui que dorénavant vous considérez que ce point là est acquis et que vous n’accepterez pas qu’il se trompe sur le même genre d’exercice lors des prochains contrôles.

 

Lorsqu’il a fini d’apprendre ses leçons, ses cours :

- Faites-lui réciter sa leçon en lui posant des questions.

En primaire, il est parfois nécessaire de réciter certaines leçons par cœur. Par contre, en général, au collège on s’attend plutôt à ce que l’enfant ait bien compris sa leçon, ce qui lui permet d’en retenir tout ce qui est important.

Attention toutefois aux cours de mathématiques, au collège, qui nécessite absolument que les théorèmes et définitions soient apprises par cœur. Le vocabulaire employé et chacun des termes utilisés sont extrêmement précis et parfaitement choisis. Si vous laissez votre enfant, redire ces définitions ou théorèmes avec ses propres mots, ils risquent fort bien d’omettre une partie du sens.

- Si ces leçons ont été mal apprises, restent confuses dans son esprit, renvoyez votre enfant apprendre sa leçon et exigez de lui qu’il la sache parfaitement la prochaine fois.

- Expliquez-lui que vous ne tolérerez plus, qu’il vienne vous récitez une leçon qu’il ne connait même pas. Si cela devait se reproduire, vous devrez le sanctionner.

Vous devez être extrêmement intransigeant(e) là dessus.

Il ne doit en aucun cas, venir vous réciter une leçon alors qu’il ne l’a pas apprise correctement !

 

Mise en garde :

Lorsque vous faites réciter une leçon à votre enfant, commencer par lire vous même la leçon.

Vous devez en saisir immédiatement ce qui est important.

Finalement, le plus simple, pour cela, c’est de vous dire que ce qui est important, c’est ce qui vous en reste à vous, 20, 30 40 ans plus tard de cette leçon.

Posez-lui des questions pertinentes, pour vérifier qu’il a bien compris sa leçon, qu’il en connait TOUS les éléments importants. Vous avez vu, j’insiste sur TOUS.

S’il ne connait que la moitié de sa leçon, ne vous attendez pas à ce qu’il ait plus que la moyenne lors de son prochain contrôle.

Si vous souhaitez qu’il s’améliore, à tout point de vue, il doit apprendre ses leçons, parfaitement, que cela lui plaisent ou non. C’est une obligation, une condition sine qua none pour réussir à l’école. Il faut donc savoir ce que vous voulez :)

Aussi, prenez garde à la façon dont vous allez lui faire réciter ces leçons :

- Vous ne devez pas lui lire le texte, compléter les fin de phrases à sa place.

- Et vous devez être complètement à ce que vous faites ! On ne fait pas réciter une leçon à un enfant en ayant les yeux rivés dur l’écran de télévision. Soyez concentré vous aussi ! Toujours !

 

  1. Répétez les points 4, 5 et 6 autant que nécessaire

Répétez les points 4, 5 et 6 précédents autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce qu’il ait terminé tous ses devoirs prévus, dans toutes les matières.

Je vous avais prévenus cela prend énormément de temps, de patience, de persévérance.

Et une chose est sure, plus tôt, vous aurez fait ce travail là, avec votre enfant, plus votre enfant sera autonome et motivé jeune !

 

Exemple personnel :

C’est la méthode que j’ai utilisée avec mes propres enfants dès l’entrée au CP. J’ai continué au CE1, CE2 et CM1. En CM2, de façon à les préparer pour la 6ème, j’ai petit à petit, tout au cours de l’année, commencer à les laisser travailler seul, sans vérifier leurs devoirs. En 6ème, ils étaient déjà complètement autonomes et très motivés pour réussir leur scolarité. A aucun moment, le fait de leur faire confiance et de les laisser travailler de façon autonome, n’a porté préjudice à leur résultats scolaires. Ils étaient prêts pour cela.

En revanche, Dyclan, mon beau-fils n’a pas bénéficié de cet encadrement de la part de sa maman. Vous trouverez notre histoire et celle de Dyclan, dans la page A Propos, de ce blog si vous voulez en savoir plus.

C’est seulement à partir du CM2, que j’ai pu appliqué cette méthode à Dyclan. Il avait déjà 10 ans.

Franchement, ce fût bien plus difficile qu’avec mes propres enfants, car Dyclan avait déjà pris de très mauvaises habitudes et surtout celle de n’accorder aucun crédit à sa réussite scolaire.

Nous avons du être extrêmement sévère avec lui, pour en arriver à ce qu’il fasse ses devoirs exactement comme nous le souhaitions. Je vous invite aussi à relire l’article « Je ne veux pas faire mes devoirs » ou j’explique comment nous avons obligé Dyclan à travailler, faire ses devoirs, apprendre ses leçons et réviser avant ses contrôles.

Mais très honnêtement, cette méthode a fonctionnée. Il est maintenant un élève parfaitement autonome et motivé. Et vous verrez, les progrès sont visibles, jour après jour. Très rapidement même, puisque vous l’aidez à ne plus avoir de lacune.

Mais avant que nous puissions le laisser travailler seul, de façon complètement autonome, il aura fallu un peu plus d’un an et demi. C’est un travail de longue haleine.

Persévérance, c’est vraiment la qualité qu’il vous faut !

  1. Instaurez une soirée typique du retour de l’école.

C’est en créant une routine, quotidienne, que vous allez amener votre enfant à considérer sa scolarité comme une des priorités de sa vie d’enfant.

Car c’est la répétition, intentionnelle, des actions qui nous sont favorables, qui vont nous aider à nous améliorer, jour après jour.

- Laissez-lui le temps de faire une vraie pause au retour de l’école.

- Laissez-le faire ce qu’il veut, ce qui lui plait.

En revanche, 30 à 40 minutes maximum suffisent.

Ensuite, il faut se mettre à ses devoirs, si possible dans un environnement approprié et qui favorise sa concentration.

Et n’arrêtez que lorsque tous les devoirs sont terminés.

Si vous voulez un exemple d’une soirée typique du retour de l’école, cliquez-ici.

  1. Continuez jour après jour, mois après mois

C’est en étant persévérant, en exigeant toujours le même niveau de qualité, pour lui et aussi pour vous, au regard de votre engagement, à faire ce qu’il faut pour l’aider, que vous allez amener votre enfant à devenir un élève autonome et motivé.

Ce n’est pas une méthode miracle, qui augmenterait ses notes immédiatement, comme un régime hypocalorique vous ferait perdre des kilos.

Ce qui compte c’est le comportement de votre enfant dans la durée, année après année.

Les kilos perdus, personne ne souhaitent les voir revenir plus vite qu’ils étaient partis.

L’école est obligatoire jusqu’à 16 ans. Pour obtenir le bac, il faut près de 18 ans.

Alors le meilleur investissement que vous pouvez faire pour votre enfant, quel que soit son âge actuel, c’est justement de tout faire, pour faire de lui un élève autonome et motivé.

Il acquerra au fil du temps le bon comportement, celui qui lui permettra de bien travailler, seul, celui qui lui permettra de se battre pour trouver sa place dans notre société et quel que soit le métier qu’il exercera plus tard.

  1. Il refuse de travailler

Si au point numéro 6, vous vous êtes rendu compte que votre enfant refusait de travailler avec vous, ou refusait de travailler tout court, il est alors grand temps de prendre les mesures adéquates.

Ce ne sera pas facile, mais vous devrez impérativement l’obliger à faire ce que vous demander.

Comme je l’ai déjà écrit à plusieurs reprise sur ce blog, je pense que si un enfant, malgré les interminables discussions que vous avez eu avec lui, n’a pas compris ce qu’il a à gagner en travaillant correctement à l’école, et là, en l’occurence avec vous, alors il faut qu’il sache ce qu’il a aura à perdre s’il ne le fait pas.

Je pense qu’il y a un moment où il faut l’amener à prendre la responsabilité de ses actes, et vous, des vôtres. Car il est aussi de votre responsabilité d’avoir suffisamment d’autorité sur vos enfants.

Alors je vous invite à relire l’article intitulé « S’attribuer la cause de ses erreurs permet de réussir ».

Conclusion

Comme l’explique la Psychologue Jeanne Siaud-Facchin dans cette vidéo, c’est le fait de réussir qui nous donne la MOTIVATION pour réussir à nouveau.

En l’aidant jour après jour, votre enfant va connaître de plus en plus souvent cette réussite.

Il va apprécier vos encouragements, ceux de ses professeurs.

Sa confiance en lui va s’améliorer, petit à petit.

Pour être motivé votre enfant à besoin de trois choses :

  1. Il doit considérer l’école comme importante pour lui. Quand il verra comment vous vous impliquer, vous ses parents, pour lui, pour sa scolarité, il va forcément voir à quel point c’est important pour lui, pour vous.
  2. Il doit avoir confiance en ses capacités de réussir. Avec toute l’aide que vous lui aurez apporté, les lacunes que vous aurez comblé, les exercices que vous aurez corrigé, etc… Inévitablement, il va sentir que ce que l’on attend de lui, ce que l’école attend de lui est a sa portée. Petit à petit de meilleures notes viendront le conforter dans cette idée que lui, aussi, comme tous les autres peut réussir à l’école.
  3. Il doit se donner les moyens de réussir. Là aussi, avec tous ce que vus aurez fait pour lui, tous les moyens de réussir auront été mis en place.

Aidez-le à retrouver cette motivation : Je vous montre comment ici

Toutes les garanties, sont donc en place pour faire de lui un élève autonome et motivé !

Que de travail, certes pour nous les parents. Car ne l’oubliez pas, je suis passée par là , moi aussi et pour un enfant qui n’est pas le mien :).

Alors vous n’avez aucune excuse pour ne pas le faire avec votre propre enfant.

Si votre enfant est ce que vous avez de plus précieux, ne gâcher pas son avenir et dépêchez-vous de prendre en main son destin. Après tout, c’est ce que l’on attend de nous, les parents, non ?

 

Vous pouvez téléchargez immédiatement le Pack gratuit, pour aider au mieux votre enfant !

Bon Bulletin -  Bonnes Notes


 
Categories: Blog, Difficultés scolaires
Tags: , , , ,
Share
Si vous aimez cet article, merci de le partager ...
Que faire, concrètement, si votre enfant est en difficulté à l’école ?